réseaux sociaux et alimentation

Du foodie qui partage la photo de son repas sur Instagram ou Twitter, au parent qui, chaque jour, cherche la recette de goûter qui saura réveiller les papilles de son enfant sur Pinterest, en passant par les dégustations de nouveaux produits et autres “What’s in My Mouth”’ des influenceurs et des blogueurs culinaires, sans oublier la multitude de marques qui s’y développent : l’alimentation est définitivement au coeur de l’assiette des réseaux sociaux.

L’agroalimentaire ne laisse pas une miette sur ce qui se passe en ligne. Le secteur a ainsi bien compris que, pour ne pas être jeté à la poubelle, ce n’est pas entre le fromage et le dessert qu’il fallait faire sa place, mais résolument entre les stories, les lives et les tweets. 

alimentation : quand les réseaux sociaux passent à table

Difficile d’échapper au phénomène de la “food” sur Internet. Que celui ou celle qui ne tombent pas sur, au moins, une publication, liée à la nourriture ou à une photo de plat par jour, nous jette la première pierre. Sortie au restaurant, test de la dernière recette en vogue : l’alimentation inonde les réseaux sociaux et le digital.

Ce qui s’apparenterait pratiquement à un culte de l’assiette est devenu immanquable sur les principaux réseaux sociaux

De Instagram à Pinterest, en passant évidemment par les blogs, qui même s’il sont en légère perte de vitesse comparé à la dernière décennie, sont toujours des plateformes porteuses, l’alimentation est sur tous les réseaux sociaux. L’avènement du web 2.0, le développement des interactions et des nouvelles technologies de l’information et de la communication, sans oublier l’arrivée en force du marketing d’influence, ont considérablement modifié le comportement des gourmands. L’appel à des ambassadeurs fait partie intégrante des stratégies de communication des marques food depuis plusieurs années.

Envie d’en apprendre plus sur le marketing d’influence ? Vous pouvez découvrir l’intégralité de nos articles sur le sujet par iciIn fine, le foodie s’affiche, s’entoure et s’approprie de nouveaux produits. Il forme de vastes communautés de consommateurs, des groupes attentifs et connectés, qui ne manquent pas une occasion de partager un coup de cœur, et encore moins de communiquer sur une déception.

alimentation : la nécessité de mettre les réseaux sociaux au menu du jour

Les réseaux sociaux permettent de s’inspirer, de s’encourager, de partager mais aussi de donner envie. Selon une étude Digimind de 2020, ce n’est pas moins de 75% des foodies qui utilisent Instagram ou Facebook pour s’inspirer dans leur consommation et 31% des gens affirment consommer une recette après l’avoir découverte sur les réseaux sociaux.

Groupes agroalimentaires, marque de la grande distribution, producteurs, acteurs de la restauration : tous veulent y mettre leur grain de sel et s’approprier les réseaux sociaux à leur sauce. Et les chiffres parlent d’eux-mêmes : près de 70% des restaurants possèdent un compte Instagram et plus de 80% communiquent sur les réseaux sociaux, quelle que soit la plateforme, le #food représente plus de 250 millions de posts sur Instagram et 1 milliard d’interactions par mois sur Facebook, 22 millions de tweets ont été émis en 2017 concernant la thématique, ce qui correspond à plus d’un post toutes les secondes et demi. Plutôt rapide donc. C’est vrai qu’il vaut mieux manger chaud que froid. (Sources : Digimind, Kantar)

l'alimentation sur les réseaux : un sujet universel

L’alimentation est un sujet universel et le marketing qui en découle se saisit des réseaux sociaux afin de déployer ses stratégies. Ainsi, tous et toutes veulent capitaliser sur le plaisir de manger et de découvrir de nouveaux produits. Dans cette optique, de nouvelles pratiques 100% nées des réseaux sociaux apparaissent. Entre le food haul (ou retour de courses en français), où l’internaute se filme entrain de déballer ses courses, le Mukbang débarqué récemment de Corée du Sud où l’internaute assiste en temps réel au repas, souvent gargantuesque, d’un influenceur et l’encourage, ou encore le #trashcooking, tendance en ce moment qui s’inscrit dans la démarche en vogue du zéro déchet, où le principe est de montrer au travers de courtes vidéos ou photos comment sont réutilisés les déchets : les pratiques changent, les  évoluent et de nouvelles manières de parler d’alimentation émergent.

Les partenariats entre les acteurs de l’alimentation et les réseaux sociaux et les forces en présence se multiplient. De nouveaux partenariats se développent, un des derniers en date étant celui de LaFourchette et Instagram. Le site français de réservation en ligne permet, depuis octobre 2018, à chaque instagrammer de choisir directement sa table depuis le réseau social. De quoi ravir les food addicts qui en plus de liker, peuvent désormais directement réserver leur restaurant pour manger sans avoir à appeler.

l'alimentation sur les réseaux : un secteur engageant

Les marques sont de plus en plus nombreuses à se tourner vers les réseaux sociaux pour communiquer avec leurs publics et s’adapter aux nouveaux codes de la communication et le secteur alimentaire n’est décidément pas en reste. Coca-Cola, Pasquier, Panzani ou encore Bonduelle affichent clairement leur nouvel ADN digitale. On y rend le partage facile, on mise sur les visuels et les prises de parole décalées, on essaye d’être utile et on propose un contenu inspirant. En effet, concernant le visuel, nous le savons, en alimentation, la force de frappe des contenus visuels est multipliée. 

Une seule photo peut suffire à donner faim…et même à faire saliver ! L’utilité, elle, est récemment devenue un réel atout marketing, on parle d’engagement et de marques qui maintenant deviennent de plus en plus inspirantes. Lorsque vous aidez les gens et que vous leur apprenez quelque chose, vous augmentez automatiquement leur confiance envers vous et leur appréciation de votre marque. L’objectif est ainsi de partager du contenu qui stimule la créativité des gens et multiplie les occasions de consommer un produit, en attestent notamment la percée sur TikTok des marques telles que Coca-Cola, RedBull ou encore Chipotle et son #GuacDance challenge. 

Instagram alimentation contenu stratégie

Si le média est social, le fait de manger ne l’est pas moins. Une assiette pixelisée n’en demeure pas moins un porte d’entrée pour un moment de partage et de passion. Le hic étant, évidemment, que de la passion heureuse à la passion triste, il n’y a qu’un pas.

 L’image et les réseaux sociaux modifient le rapport à la nourriture et poussent vers un nouveau mode de consommation où l’apparence dépasse l’exigence du goût. Un point de vigilance sur lequel s’attarder lorsqu’on lance une communication digitale et que l’on veut mettre les réseaux sociaux au cœur de son menu.

C’est toute la logique de la pertinence de l’appréhension du digital par l’alimentaire : partir à la conquête de nouvelles plateformes de communication pour demeurer pertinent et remplir ses objectifs. D’ailleurs, l’Agence 636 est spécialisée dans la définition et la mise de stratégie de communication sur les réseaux sociaux. Si vous souhaitez échanger sur le sujet, contactez-nous, en attendant, nous avons sorti il y a quelques semaines un cahier d’exercice 100% digital à destination des professionnel·les de l’alimentation. Au programme de ce cahier gratuit, baptisé “Instagram dans mon assiette” ? Un condensé de bonnes pratiques et d’idées créatives pour des réseaux sociaux qui donnent l’eau à la bouche.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.